Tous les articles par Nicolas Raillard

Qui *ose* toucher à mon climat ??

Quand je parle de changement climatique autour de moi (oui ça m’arrive, par exemple quand je sors en T-shirt début novembre à Paris 😯 ), certains me disent que oui, il y a un changement climatique, mais que de toutes manières les êtres humains on n’y est pour rien, alors il n’y a rien à faire. En fait, ce serait la nature, qui aurait soudain décidé de changer de climat, vers l’année 1910 (c’est à ce moment qu’on commence à voir la température globale qui augmente. Je mets la courbe du GIEC, c’est juste pour voir que ça grimpe).

Courbe giec

Evidemment, ceux qui me disent que la nature a décidé ça toute seule ne savent pas bien pourquoi la nature aurait choisi de faire ça, et pourquoi à ce moment-là (et en général ils s’en fichent d’ailleurs). Mais ils se disent qu’il y tellement de choses qui influent sur le climat qu’il doit être facile d’en trouver une à laquelle les chercheurs n’ont pas encore pensé (élémentaire mon cher Watson) !

Alors, qu’en pensent nos chercheurs ?

Et oui, les chercheurs du monde entier, qui travaillent sur le sujet pendant plusieurs années de leurs vies, auraient oublié quelque chose, quelque chose qui expliquerait tous les changements de climat qu’on observe depuis 1910, voila l’explication ! En vérité, ce que les chercheurs savent, c’est que personne ne sait expliquer le changement climatique si on dit que l’être humain n’y est pour rien (mais si vous, vous trouvez, appelez-les 😉 ). Par contre, si on suppose que l’être humain y est pour quelque chose, alors tout s’explique très bien ! En fait, aucune équipe de chercheurs reconnue au monde n’est capable d’expliquer le réchauffement climatique en se basant sur l’idée que les êtres humains ne jouent aucun rôle. Par contre, toutes ces équipes de chercheurs expliquent facilement les changements de climat qu’on commence à voir dès le moment qu’ils supposent que les êtres humains y sont pour quelque chose. Comme les chercheurs sont très prudents, ils disent pudiquement qu’il y a « 95% de chance » que l’être humain soit à l’origine du changement climatique qu’on observe. Si on traduit ça en français de tous les jours, ca veut dire que nous, les êtres humains, nous sommes en train de modifier le climat de notre planète ! Flippant non ?

Heu, ya pas comme un problème de taille ?

Ba oui, comment est-il possible que de tous petits êtres humains sur une planète si grosse puissent changer le climat de leur si grosse planète ? Clairement, une partie de l’explication est qu’on est beaucoup, beaucoup d’êtres humains, et donc notre si grosse planète n’est plus si grosse que ça pour tout ce monde. Une autre partie de la réponse est que chacun d’entre nous, pris individuellement, consomme de plus en plus de choses. Ces choses, bien sûr, sont prises sur la planète sur laquelle on habite. Par exemple, mon Smartphone est fait avec beaucoup de silicium, qui est un constituant de la croûte terrestre. Si je change de Smartphone tous les ans, je consomme 2 fois plus de silicium que si je le change tous les 2 ans. Comme chacun d’entre nous consomme de plus en plus, et bien on prélève chacun de plus en plus de ressources.

Consommer… C’est bien ou c’est pas bien ?

Bon, quel est le rapport avec le climat ? En fait, plus on consomme, plus on rejette de déchets. Je m’explique… D’abord, qu’est-ce qu’un déchet ? Un déchet, ce n’est pas forcement quelque chose de sale ou de dégouttant, c’est juste le produit d’une activité qui n’est pas destiné à être utilisé. Par exemple, si je découpe de jolis papillons dans une feuille de papier Canson pour fabriquer une carte d’anniversaire à ma petite sœur, et bien je garderai les papillons, et les autres bouts de papier seront les déchets. En fait, l’un de nos plus gros déchets, sans qu’on s’en rende compte, c’est le fameux CO2. Ba oui, c’est un gaz invisible, et non toxique, alors forcément on n’y pense pas !

La vie d’un ordi dans le ventre de sa maman, avant qu’il pointe son nez à la FNAC

Après, pas forcément besoin de prendre sa voiture, ou de prendre l’avion, pour cracher du CO2. Acheter un ordinateur, par exemple, ca suffit à émettre… 1000 kg de CO2 !! Oui, juste aller à la FNAC, acheter l’ordi, et rentrer chez soi… Bon ok, c’est juste une façon de parler… La vérité, c’est que le CO2 a été émis pendant toute la fabrication de l’ordinateur, donc quand on l’achète, le CO2 a déjà été émis. Depuis le moment où une énorme machine a extrait les métaux utiles à la fabrication de l’ordi, jusqu’au moment où l’ordi est arrivé à la FNAC tout beau tout fini, et bien mon futur ordi est passé par des phases de transport, par des phases de cuisson, par des phases où on a écrasé des pièces en métal, par des phases où encore d’autres machine ont fait du travail à la chaine… Au final, toutes ces belles machines mangent beaucoup de pétrole, et de charbon (surtout en Chine !), et elles rejettent… beaucoup de CO2 ! En gros, 675kg de CO2 pour fabriquer l’écran plat de mon ordi, et 325 kg pour fabriquer le reste 😯 .

Coucou petit camion de la mine de Silicium pour fabriquer mon ordi :)
Coucou petit camion de la mine de Silicium pour fabriquer mon ordi :)
Et la vie de tout ce que j’achète !!

Mais bon, l’ordi ce n’est qu’un exemple, parce qu’en fait quasiment tout ce qu’on consomme a produit du CO2 comme déchet (certains produits indiquent la quantité de CO2 qui a été émise pour les produire. Par exemple, pour produire le café que je bois, il faut émettre plus de kilos de CO2 que le nombre de kilos de café produit !). C’est pour ça que je dis que dès que j’achète quelque chose, j’émets du CO2. Parce que si j’arrêtais d’acheter un ordi tous les ans, et qu’à la place j’en achetais un tous les 3 ans, et bien la fabrication des ordis tournerait un peu moins, et donc toutes les machines, mises bout à bout, qui produisent les ordis, tourneraient un peu moins, et donc émettraient un peu moins de CO2. Vous suivez ? :roll:

On crache du CO2 comme des pompiers !

Bon je résume, parce qu’on s’est éloigné de notre sujet : on est de plus en plus d’êtres humains sur terre, et dès qu’on consomme quelque chose, on émet du CO2. Comme on consomme chacun beaucoup (et de plus en plus), le bilan est qu’on émet des tonnes et des tonnes de CO2 dans l’atmosphère chaque année. Imaginez  le nombre de tonnes, sachant que rien qu’en achetant un ordi portable, on émet 1 tonne ! En vérité, les chercheurs qui mesurent ce que devient le CO2 une fois qu’il est parti dans l’atmosphère disent qu’on émet 30 milliards de tonnes de CO2/an (c’est 3 fois la masse de la comète Tchoury sur laquelle s’est posé Philae)… Evidemment, tout cela s’accumule dans l’atmosphère, malgré nos arbres qui essayent d’en récupérer une partie, et nos océans aussi. Bien sur, toutes ces émissions de CO2 amplifient l’effet de serre dans l’atmosphère. Et comme ce sont des quantités pharamineuses de CO2 qu’on émet, et bien… Cela modifie le climat de notre grosse planète !

La comète Tchoury, si elle était posée à côté de Los Angeles
La comète Tchoury, si elle était posée à côté de Los Angeles

Donc oui, aussi surprenant que cela puisse paraître, nous sommes en train de modifier notre climat. Ca fait peur dans un sens, parce que le dérèglement climatique n’est vraiment pas un cadeau que l’on se fait (mais alors, je n’insisterai jamais assez dessus, vraiment, vraiment pas un cadeau !). Dans un autre sens, c’est rassurant parce que ce n’est pas une fatalité : on peut encore agir pour limiter la casse :) !

Le cri du monde !

Le monde pousse un cri !

En voilà une grande nouvelle : les français pensent que leur vie sera affectée par le changement climatique, et donc ils se disent qu’il serait bien que nos politiques se bougent et proposent des objectifs ambitieux pour limiter le changement climatique. La bonne nouvelle n’est pas que notre vie soit affectée par le changement climatique, ça non, mais plutôt qu’on commence à s’en rendre compte.

Normal non, vues les inondations à répétition (en France et Angleterre en janvier 2014), les tempêtes de plus en plus violentes (La « tempête du siècle » en 1999, Katrina en 2005, le cyclone le plus puissant de l’histoire, en 2013 (Philippines)…), les records de canicule et de sécheresse mondiaux qui tombent un par un à une cadence effrayante (France 2003, Russie 2010, Australie 2013, Californie 2014) ? 😕 Les dernières études trouvent même que 12 des 13 années les plus chaudes de l’histoire (depuis qu’on enregistre les données météo) sont arrivées après l’an 2000 !

L'Angleterre a "pris cher" début 2014 | AP/Steve Parsons
L’Angleterre a « pris cher » début 2014 | AP/Steve Parsons

Ce qui est certain, c’est que tout cela colle très bien avec ce que les chercheurs du monde entier prévoyaient déjà en 2001… Il suffit de lire les prévisions du GIEC (le groupe de référence qui réunit tous les résultats que les chercheurs en climat produisent) dans son rapport de 2001 (ici). Et pas de bol, ils prévoient que ça empire encore pendant plus de 100 ans… Surtout si rien ne change !

L’heure du réveil ?

Alors pourquoi se réveille-t-on maintenant ? Pourquoi faudrait-il faire quelque chose maintenant plutôt qu’à un autre moment ?

En réalité, c’est que maintenant, on commence à ressentir que le climat change. Avant, soit on connaissait la théorie, soit on ne la connaissait pas. C’était plutôt une question d’intérêt scientifique. Oui, les chercheurs, et le public qui s’intéresse à la science du climat, savent déjà que le climat change, dans quelles directions il change, et pendant combien de temps il va continuer à changer [gloups 😕 ]. Mais les autres, nous, les petits habitants de la France, nous découvrons le changement climatique « en vrai ». Ca y est, il arrive, et on commence à deviner à quoi il ressemble. On commence à cerner l’ampleur de cette bête dont tout le monde avait déjà au moins entendu parler, sous le nom de réchauffement climatique [silence horrifié dans la salle ].

Réchauffement, ou dérèglement ?

Réchauffement ? Pourquoi ce nom ? C’est dû au mécanisme physique qui produit ce changement, l’effet de serre. Oui oui, c’est bien connu, dans une serre il fait plus chaud qu’à l’extérieur, d’où le nom de réchauffement ! Bon, plus précisément, c’est que certaines molécules de l’atmosphère interceptent des rayons qui étaient émis par le sol, et les renvoient vers le sol. Exactement comme la vitre d’une serre, qui empêche certains rayons de s’échapper et les renvoie vers l’intérieur de la serre. Effectivement, dans une serre, on sent un réchauffement, et pas grand-chose d’autre. Mais l’atmosphère entière est tellement complexe qu’il y aura d’autres effets, en plus du réchauffement. Grosso modo, l’effet de serre met de plus en plus d’énergie dans l’atmosphère, alors ça l’agite cette pauvre atmosphère. Un peu comme au billard, quand la boule blanche arrive à fond sur le tas des autres boules bien rangées en triangle : ça agite tout ce petit monde et ça fiche la pagaille ! C’est pour ça que maintenant, pour le climat, les chercheurs parlent plutôt de dérèglement.

Donc, ce dérèglement ?

Ce que prévoient les milliers de chercheurs qui travaillent sur ce sujet depuis une quarantaine d’années, c’est qu’effectivement, sur les terres, il y aura de plus en plus de jours chauds, donc de plus en plus de canicules. Il y aura aussi plus de fortes pluies et d’inondations dans les régions pluvieuses, et plus de sécheresses dans les régions sèches. Les tempêtes, cyclones, ouragans, seront aussi plus puissants.

Toutes ces prévisions, ce sont les choses qu’on va ressentir. En vérité, ce que je ressens, c’est l’inondation de ma maison, la canicule qui détruit les cultures de ce que je mange d’habitude, la mort de mes proches dans un cyclone… Bon OK, c’est pas méga joyeux ce que je raconte, je m’arrête là 😕 . Mais tout ça pour dire que ce n’est pas le réchauffement global que je ressens. Ce que je ressens, ce sont les événements lorsqu’ils arrivent autour de moi, ou autour de ceux qui me sont chers. C’est ce qu’il s’est passé début 2014 avec les inondations, les tempêtes à répétition en Bretagne ; avec la canicule de 2003, avec la tempête de 1999. Le dérèglement climatique est chez nous. C’est pour ça qu’on se dit maintenant qu’il faut faire quelque chose.

Le monde parle et nos anciens l’entendent

Je suis de la génération qui a grandi dans les années 90 ; dans ma génération, à chaque fois qu’on voit un événement météo à la télévision, on nous dit que c’est le plus puissant, que c’est un record, que c’est du jamais vu de vie d’homme. C’est d’ailleurs ce que me disait ma grand-mère suite à la tempête de 1999. Finalement, j’avais tendance à me dire que les plus âgés exagéraient toujours en disant qu’avant c’était mieux, et je me disais que les médias faisaient juste du sensationnel.

Mais depuis peu, je m’intéresse à ce que nous disent les chercheurs, ceux qui mesurent ce qu’il s’est vraiment passé, et qui ont les informations nécessaires pour pouvoir dire des choses du genre « cet événement est le plus puissant depuis qu’on enregistre des données sur la météo ». Je me suis aperçu qu’ils confirmaient ce que les gens ressentaient : les canicules sont bel et bien plus chaudes et plus longues, les tempêtes plus puissantes et dévastatrices. En fait, je suis encore trop jeune pour voir le changement : les événements records, ce n’est pas un changement pour moi, ça arrive régulièrement, au jour le jour.

Finalement, le changement climatique, c’est la routine des gens de ma génération, si bien qu’on n’y prête plus trop attention. Mais en m’intéressant à ce qu’il se passait avant moi, en écoutant les anciens en parler, et en écoutant ce que les chercheurs avaient enregistré par le passé, j’ai découvert qu’en fait, le changement (climatique), c’est maintenant !

A quoi il est dû, et comment éviter la cata (et même, est-ce encore possible ?), deux très vastes questions que j’aborderai dans d’autres posts :)