L’économie, cette gigantesque machine (à votre service, ou le contraire ?)

L’économie va mal ! C’est sûrement vrai, puisque tout le monde le dit : « c’est la crise économique ». Et d’ailleurs, quand les gens disent que l’économie va mal, ça veut souvent dire que tout va mal. Par exemple, cela veut dire que le chômage augmente, ou que le pouvoir d’achat des gens baisse. A en croire les journaux, il vaut mieux perdre tous ses amis plutôt que d’avoir une économie qui va mal !

L’économie, cette grosse machine incomprise !

Mais au final, qu’est-ce que l’économie ? Comme beaucoup de choses, tout le monde en parle, mais personne n’explique vraiment ce que c’est. En quelques mots, on pourrait dire que l’économie est l’ensemble des activités humaines autour de l’échange. L’échange de biens (c’est-à-dire d’objets, de machines, de nourriture, qui sont matériels, palpables) ou de services (qui sont immatériels).

Petite remarque au passage : les biens sont toujours utilisés pour rendre des services. Acheter un robot presse-purée (qui est un bien) équivaut à acheter 5 ans de service d’écrasage de pommes de terre (si on se dit que les robots presse-purée tombent en panne au bout de 5 ans, leur limite de garantie 😛 ). Les pommes que j’ai achetées (encore un bien) me rendent le service de me nourrir (miam, un très bon service ça !). La maison que j’achète (palpable, donc un bien) me rend le service de me chauffer, de me protéger de la pluie, d’accueillir mes amis, et bien d’autres services très sympas. Au final, il n’y a pas de différence fondamentale entre un bien et un service du point de vue psychologique. On peut donc tout ramener à des services.

Houla, avec tant de rouages autours de nos échanges, faut même pas essayer de comprendre l'économie !
Houla, avec tant de rouages autours de nos échanges, faut même pas essayer de comprendre l’économie !
Les coulisses d’un tout petit échange de la vie de tous les jours

L’économie est tout ce qui tourne autour de l’échange, soit. Alors qu’y a-t-il autour de l’échange ? Et bien avant de s’échanger un billet de 10€ contre un gâteau, à la boulangerie (ce que les gens normaux appellent « acheter un gâteau » 😉 ), il aura fallu faire beaucoup de choses avant, et ces choses sont souvent faites par une foule de gens différents !

Il aura entre autre fallu imprimer un billet de 10€, et donc avoir produit le papier du billet (et pour ça, il faut avoir coupé des arbres : en France on en a quelques uns) ; avoir produit l’encre du billet (à l’aide de minéraux prélevés dans des mines partout dans le monde) ; bien sûr avoir fait un gâteau, avec du sucre qui vient par exemple des cannes à sucre de Martinique, et apporté en France par bateau, de la farine faite avec du blé qu’on a cultivé en France, et des œufs pondus par des poules élevées en France. Il aura aussi fallu construire une boulangerie ! Et oui, le simple geste d’acheter un gâteau à la boulangerie suppose que tout le reste a déjà été fait avant !

Donc l’économie, c’est aussi toutes ces activités de récupérer les matières premières (c’est-à-dire les éléments de base pour fabriquer les biens), les activités de les transformer, les assembler ensemble, de vendre le produit final, d’en faire la publicité, etc, etc. Comme vous l’aurez compris, l’économie englobe énormément d’activités humaines, et donc elle englobe aussi les concepts d’emploi, de chômage, d’argent, de pouvoir d’achat… Alors si l’économie va mal, c’est sûrement que beaucoup de choses vont mal !

La crise jusque dans ma boulangerie !! :s | http://1jour1actu.com/
La crise jusque dans ma boulangerie !! :s | http://1jour1actu.com/
Que donner à manger à l’économie pour qu’elle marche bien ?

Juste avec ce petit exemple de la boulangerie (qui est en fait immense si on s’amuse à chercher tout ce qu’il a fallu faire avant de pouvoir acheter un gâteau dans une boulangerie), on peut déjà comprendre plusieurs choses importantes : l’ensemble des activités humaines qui font l’économie a besoin de trois éléments essentiels pour fonctionner [suspense insoutenable].

Bien sûr, il faut des êtres humains : ceux qui font l’échange (le vendeur dans la boulangerie et l’acheteur), mais aussi tous ceux qui travaillent, ou qui ont travaillé, pour que cet échange puisse arriver (l’agriculteur qui récolte le blé, celui qui récolte la canne à sucre, tous les travailleurs de l’entreprise qui a construit le bâtiment qui héberge la boulangerie, tous ceux qui travaillent à l’imprimerie des billets de 10€, tous ceux qui travaillent à la banque qui a prêté des sous pour que la boulangerie puisse lancer son business, et bien d’autres).

Il faut aussi ces fameuses matières premières, qui proviennent toujours des ressources naturelles (par exemple, le papier vient des arbres d’une forêt, les œufs proviennent de poules, les pigments de l’encre du billet proviennent de mines).

Pratique cette machine ramasseuse de canne à sucre !
Pratique cette machine ramasseuse de canne à sucre !

Et enfin, il faut de l’énergie ! Cette fameuse énergie, qui, avant le progrès, provenait surtout des êtres humains, et qui maintenant provient surtout des énergies fossiles. C’est par exemple l’énergie qui permet à la moissonneuse batteuse de fonctionner pour récolter le blé ou la canne à sucre, l’énergie qui permet de faire avancer le bateau qui ramène le sucre, ou les camions qui amènent la farine et les œufs. Ou encore, c’est l’énergie qui a permis de faire tourner les tractopelles et les bétonnières pour construire la boulangerie, ou l’énergie du four de la boulangerie, ou de ses radiateurs pour chauffer en hiver etc. Encore une fois, l’énergie est partout dès qu’on transforme des choses autour de nous.

L’énergie est un peu particulière ici, puisqu’elle provient soit de nous, les êtres humains (lorsqu’on travaille), soit de ressources naturelles telles que les énergies fossiles. On pourrait donc conclure que l’économie a besoin uniquement d’êtres humains et de ressources naturelles, et ce serait vrai. Mais il est intéressant de laisser l’énergie dans une catégorie particulière de ressource, car l’énergie a le pouvoir quasiment magique de ne pas être recyclable (on le verra dans la section Energie).

Et une fois qu’on a bien nourri notre économie, qu’est-ce qu’il en sort ?
Des services bien sûr…

On a passé en revue ce qu’il faut pour que l’économie puisse fonctionner. On peut aussi se demander ce que produit l’économie au final. A quoi ça sert de travailler 40h par semaine et de nourrir cette grosse machine, l’économie, avec tant de matières premières et d’énergie ? L’exemple de la boulangerie va encore nous servir. L’économie aboutit à un échange final important : l’échange du bien ou du service avec la personne qui va « consommer » le bien ou le service. Dans notre boulangerie, le client est celui qui va utiliser le service rendu par le gâteau : nourrir quelqu’un. Donc l’économie produit des services, mais ça on le savait déjà.

Hmm, le bon service de nourrissage !!
Hmm, le bon service de nourrissage !!
… Et tout le reste aussi !

Mais est-ce bien tout ? Et si on essayait de lister tout ce que produit l’économie ? La liste serait en fait très longue. Comme nous l’avons vu, l’économie est un ensemble d’activités humaines qui visent à produire des services (qui seront échangés) : ces activités sont ce qu’on appelle le travail. Et bien en travaillant dans le but de produire un service, on produit bien d’autres choses que ce service. Prenons l’exemple du producteur de canne à sucre, qui vend de la canne à sucre coupée et sans feuilles. Il a donc aussi obtenu des feuilles de canne (en plus des tiges de canne à sucre) dont il doit se débarrasser ou réutiliser, mais qu’il n’échangera pas. Il a aussi (par exemple) produit un champ qu’il traite avec des engrais et des pesticides, alors qu’au départ il n’y avait qu’une parcelle de forêt tropicale. Ou encore, il produit du CO2, ou d’autres gaz qui s’échappent de ses machines, ou qui émanent de ses engrais. Par cet exemple, on voit que le travail, et donc l’économie, transforment l’environnement, en plus de produire un service.

Ces transformations de l’environnement peuvent parfois toucher certaines autres personnes, qui n’ont rien à voir avec l’échange final de la canne à sucre. Par exemple, peut-être qu’une dame venait cueillir des fruits dans la forêt qui était là avant la plantation de cannes à sucre, et elle ne peut plus le faire aujourd’hui puisque la fôret a été coupée. Ou bien peut-être qu’un habitant du coin trouve que les engrais dans cette nouvelle plantation polluent l’eau qu’il boit. Ces effets sur d’autres gens que ceux impliqués dans l’échange sont appelés des externalités. Les deux exemples donnés sont des externalités négatives, car elles embêtent les gens autour. On peut aussi avoir des externalités positives, qui sont sympas pour les gens autour. Par exemple, peut-être que la nouvelle plantation a fait construire une route pour y mener, et que ça a bénéficié à d’autres gens que ceux de la plantation. Ou peut-être que les enfants qui habitent à côté de la plantation sont maintenant contents de pouvoir piquer en douce quelques tiges pour les mâchouiller et récupérer le sucre (je confirme, c’est très bon 😉 ).

Et oui, il y en a qui profitent des externalités positives ! | pixgood.com
Et oui, il y en a qui profitent des externalités positives ! | pixgood.com

Vous le voyez, l’économie est une machine gigantesque (encore un système complexe, comme le climat !), dont tout le monde est acteur (en tant que travailleur, que consommateur, ou les deux), et qui touche tout le monde par les innombrables externalités qu’elle génère. La période de l’histoire que nous vivons est particulière pour l’économie, et c’est pour cela que les théories utilisées actuellement en économie sont de plus en plus remises en cause. Ce qui est nouveau de nos jours pour l’économie, c’est que ces fameuses externalités négatives que notre système économique génère prennent beaucoup (voire trop ?) d’ampleur : l’une de ces externalités majeures, nous l’avons vu dans la section Climat, est le fameux dérèglement climatique. Une autre de ces externalités est ce qu’on appelle la crise économique. Encore une autre externalité forte est notre dépendance aux énergies fossiles, comme nous le voyons en ce moment dans la section Energie.

Bref, il faut garder à l’esprit que certes l’économie nous apporte des services en pagaille et des externalités positives, mais qu’en contrepartie il faut travailler d’autant plus qu’on propose de services, et qu’on subit certaines externalités négatives. Si la contrepartie dépasse les bienfaits, peut-on toujours dire que l’économie est à notre service, ou bien faut-il en conclure que nous sommes au service de l’économie ?

Laisser un commentaire